Comment savoir quand on est prêt à retourner au travail après un burn-out ?

Comment savoir quand on est prêt à retourner au travail après un burn-out ?

Jeune homme en plein burn out

Un burn-out, c’est cet état de stress qui se traduit par un épuisement physique, émotionnel et mental que peut avoir un travailleur. Comment déterminer qu’on est prêt à reprendre le chemin du travail ? Cela ne se fait pas du matin au soir, mais on peut remarquer des signes avant-coureurs qui annonceront qu’on peut reprendre le travail.

Ressentir son énergie revenir

Les causes d’un épuisement professionnel sont diverses. Les symptômes pareillement, sauf que dans tous les cas, on ressent la fatigue tout au long de la journée. L’envie de faire des choses disparaît. Si on a surmonté son burn-out, on doit pouvoir ressentir la remontée de sa volonté. On aura plus de vivacité et de la vitalité intérieure. La vie et surtout le travail auront retrouvé leur sens. On retrouvera l’envie de faire des activités divertissantes.

Lâcher prise et se préoccuper de sa personne

La personne doit pouvoir ressentir les changements qui mènent à son rétablissement. Elle va retrouver sa confiance en soi. Elle se reconstruit et se recompose. Là, on pourra se dire que son burn-out est derrière elle et qu’elle va reprendre son travail bientôt. Être inquiet en permanence et ne pas pouvoir dormir sont les symptômes d’un épuisement professionnel. En ayant la capacité de résister aux contraintes, le patient pourra aller de l’avant.

Se soucier plus de sa personne que d’autre chose est aussi une marque de rémittence. Cela peut être anodin, comme le fait de vouloir remanger correctement, de s’habiller avec attention, de vouloir reconquérir et d’avoir de nouveau des objectifs.

Se sentir émotionnellement stable

Être susceptible et croire que le monde entier complote contre soi est une marque qu’on traverse un moment de stress au travail. Le monde du travail reste le même, c’est la façon dont le patient gère le stress qui fait la différence. Une personne en burn-out ne saura pas faire la différence entre une remarque pour faire avancer le travail et une autre comme atteinte personnelle. Si elle arrive à canaliser la différence, c’est qu’elle est prête à reprendre le travail.